Voir les entreprises
Je conseille des créateurs J'ai un projet J'épargne solidaire Créez votre club !

-L'écoute active pour un parrainage réussi

diminuer augmenter envoyer imprimer

ENVOYER CET ARTICLE :




Le (25/02/2014)

TCF Industrie (SARL) : Chaudronnerie - Tuyauterie industrielle – convoyage - mécanique générale
Conception et fabrication de machines à destination des industriels pour réaliser leur process de fabrication de produits alimentaires
Date de création : janvier 2008

Gérant : Lionel DEBRIL
Nombre d’emploi : 5
Adresse : 145 Bis Rue de Merville, 59190 HAZEBROUCK
Contact : 03 28 43 64 61
Mail : tcf.industrie@orange.fr

Intervention de la finance solidaire :
4 000 € en capital de la cigales Pays Cœur de Flandres, Hazebrouck et 3 000 € en compte courant
40 000 € en capital de Autonomie & Solidarité et 15 000 € en compte courant
Soit 62 000 € de la finance solidaire
Capital social de l’entreprise : 20 000 €
Accompagnement de l’entreprise par son parrain : Jean-Marc DELAMAERE


PNG - 57.9 ko

Alors que Lionel Debril rencontrait des difficultés à boucler son dossier, un ami lui parle d’un club cigales d’Hazebrouck. Le porteur de projet est à la recherche de financements, cependant il craint l’idée d’avoir un associé, à cause d’une mauvaise expérience dans son passé : « si je crée, c’est tout seul » disait-il.

Quelques membres du club le reçoive afin d’examiner son dossier et son profil, afin de le pré-sélectionner avant la présentation à l’ensemble du club. Si Lionel a pour aspiration de créer pour embaucher, et pas uniquement s’enrichir, le club émet certaines réserves sur son dossier. En effet, les chiffres ne paraissent pas correspondre à la réalité et la dimension environnementale n’est pas prise en compte au sein de ce modèle industriel. Lionel nous raconte après ces remarques : « j’ai pris deux grandes claques. J’ai apprécié car chez les cigales tout est possible mais pas forcément réalisable. » En face de ses méconnaissances, deux solutions s’offrent à lui : soit il tourne le dos aux cigales, soit il se remet en question. Un mois et demi ont permis à Lionel de reprendre ces questions, avec des membres du club. Il peut alors se présenter devant le club et réussit à convaincre chacun de ses membres en prenant en compte les aspirations diverses mais complémentaires du club. Jean-Marc, son parrain, explique qu’il est intéressant de rencontrer à deux reprises le porteur, car cela « permet de savoir s’il est capable d’écouter : s’il change certaines choses, s’il rebondit sur ses problématiques ».

C’est d’ailleurs le premier rôle de Jean-Marc, « savoir écouter son filleul, c’est consolider ou affirmer des décisions de chefs d’entreprise en posant des questions pour qu’il trouve ses propres réponses, par de l’écoute active, de la reformulation.  » L’association des cigales propose d’ailleurs une formation à l’écoute active pour les parrains. Et pour les nouveaux parrains qui n’auraient jamais accompagné d’entreprise, Jean-Marc leur propose, pour se lancer, « un co-parrainage avec un ancien, afin d’expérimenter ensemble la mission de parrainage. On peut alors se partager les tâches lors de la rencontre avec le filleul.

PNG - 88.8 ko

Lors des premières rencontres avec le filleul, « on apprend à se connaître pour « briser la glace », d’où chacun vient, pourquoi l’entrepreneur s’installe... mais aussi « on détermine comment on va fonctionner. C’est-à-dire le calendrier des rencontres, les documents dont on a besoin et surtout les indices, signes de vie de l’entreprise, par exemple le tableau de bord pour voir si l’affaire est en accord avec le business plan. »

A ses débuts, le couple entrepreneur-parrain se fixe un rendez-vous mensuel mais sans définir d’ordre du jour précis. Finalement, leurs échanges sont plus informels et ponctuels : Jean-Marc passe sur le lieu de travail, « on partage toutes les informations, il a accès à tous mes papiers, tous mes classeurs ». Et puis les échanges perdurent d’autres façons : « regarde tes mails et fais moi des retours ».

JPEG - 68.9 ko

Jean-Marc soutient Lionel dans beaucoup d’aspects mais n’impose jamais rien, bien qu’il puisse lui faire des suggestions : que cela soit technique, comme un regard sur les documents comptables, sur la réflexion écologique pour se passer des acides extrêmement polluants par des techniques de brossage. Ou encore sur des aspects humains, comme l’accompagner aux convocations de l’administration, lui porter une oreille attentive sur son projet de vie...etc, Jean-Marc est le « l’accompagnant. C’est celui à qui Lionel peut parler de tout, parce qu’un entrepreneur doit sortir de l’isolement, et ne peut pas toujours parler de ses difficultés à sa famille, à ses amis, à ses anciens collègues. » Et puis, Lionel n’a « pas qu’un associé, mais 15 ou 20, ils peuvent tous nous apporter quelque chose de différents, c’est ça la richesse ». D’ailleurs le club et autres entreprises financées se retrouvent lors du repas annuel « c’est hyper intéressant ».

JPEG - 8.5 ko

Jean-Marc, son parrain : Le parrainage n’est pas une relation à sens unique, c’est réciproque, Jean-Marc sait qu’il peut compter sur Lionel qui doit beaucoup à son parrain et au réseau. Que ce soit lorsqu’il a besoin d’une soudure en urgence ou encore pour répondre à des questions de journalistes, participer à des événements des cigales, son filleul est présent. Pour le parrain, la difficulté est de ne pas entrer trop dans l’empathie, afin de pouvoir garder un regard objectif.

Une réciprocité qui a amené Lionel à intégrer le nouveau club de son parrain, afin de faire profiter de son expérience.

235 boulevard Paul Painlevé - 59000 Lille - Tel. 03 20 54 09 51