Voir les entreprises
Je conseille des créateurs J'ai un projet J'épargne solidaire Créez votre club !

-Partager les mêmes valeurs

diminuer augmenter envoyer imprimer

ENVOYER CET ARTICLE :




Le (25/02/2014)

Nektarine (SCOP SARL) : Agence de communication soutenant des valeurs de développement durable
Date de création : septembre 2010

Co-gérantes : Marie ANWAR et Carine OLLIVE
Nombre d’emplois : 2
Adresse : 200 rue de Roubaix, 59 200 TOURCOING
Contact : 03.20.01.58.19
Mail : carine.ollive@nektarine.fr
Site : www.nektarine.fr

Intervention de la finance solidaire :
1 500 € de la cigales Cigalille, associés à la Scop
Capital social : 10 500 €
Accompagnement de l’entreprise par les co-parrains : Christian LEURENT et Didier DECARNE


Avant d’être créatrices, ces jeunes entrepreneuses portaient déjà certaines valeurs. Bien que son activité soit de la communication, l’entreprise porterait une autre vision, un projet différent. Carine, l’une des gérantes de la coopérative Nektarine nous raconte leurs parcours.

C’est au sein de la BGE Hauts de France qu’on leur souffle les termes d’Économie Sociale et Solidaire, jusqu’alors inconnus des entrepreneuses. On leur conseille de se rendre à l’association des cigales. C’est en rencontrant leur futur club cigales que tout s’accéléra, elles qui « craignaient se retrouver seules une fois lancées » avaient à leur côté tout un club réunissant des membres qui « sont dans l’ESS depuis longtemps puisque cigaliers et œuvrent ainsi pour ces valeurs ». Et c’est tout un réseau qui s’ouvra à elles : l’APES pour connaître des pratiques plus respectueuses de l’Homme et de son environnement, l’URSCOP pour adopter un statut plus proche de leur conviction, et bien entendu les cigales comme associé pour les « accompagner dans l’aventure ».

La coopérative Nektarine accueillit le club Cigalille. Christian Leurent et Didier Decarne se portèrent volontaires pour accompagner en coparrainage les entrepreneuses. « On a décidé d’être deux parrains, car c’est plus sympathique : si un n’est pas là, l’autre peut prendre le relais, c’est l’assurance qu’il y a plus de choses dans deux têtes que dans une, et puis l’autre parrain est mon ami » nous explique Christian. Les co-parrains ont établi des rencontres tous les deux mois pour faire un point et apporter leur éclairage : « elles se posent et en discutent avec nous, cela permet de faire « un effet miroir ». En plus de ces rencontres, les co-parrains sont présents à la demande « on réagit tout de suite ». Au départ, les rencontres étaient plus fréquentes car « elles avaient un peu de mal avec les chiffres, leur vision c’était la facturation du mois, aujourd’hui, il y a les chiffres, mais on les ouvre pas, outre le bilan annuel, car on a confiance, on n’a pas de doutes ! ».

Pour Carine et Marie, les co-gérantes, ce co-parrainage permet de « compléter leurs propres profils de jeunes femmes créatrices car les parrains ont chacun leur vision : l’un plutôt commercial et en réseau, l’autre, comptabilité et médiation ». Par conséquent, « nous étions rassurées, car on connaît nos métiers en communication, mais pas celui d’entrepreneuses, au moindre problème, un coup de fil ou un mail suffit ». Bien que les organismes de création d’entreprise les aient soutenues au montage du projet avec « les cigales c’est vraiment différent car ils nous suivent dans l’aventure au quotidien. Les cigales ne sont pas en périphérie du projet, ils le vivent, ils sont nos associés  ». Le risque d’avoir un associé extérieur en coopérative « ne s’est posé qu’une minute puisqu’au contraire, ce tiers associé ne serait pas là pour trancher mais pour permettre la médiation entre les deux ».

JPEG - 69.7 ko

L’ambiance est « familiale » ce qui permet de « nous livrer car on n’hésite pas à parler de nos craintes de débutantes, contrairement à des réseaux de création ». Par exemple, « on a découvert la malhonnêteté de certaines personnes : un client qui avait du retard sur les paiements, on se remet en question, on panique, mais eux jamais ! Ils nous rassurent ! ». Le soutien de Christian et Didier ne s’arrête pas à l’entreprise, « ils tentent toujours de nous présenter du monde, nous donnent de nouveaux contacts, ainsi de nouveaux partenaires et clients ». Carine nous livre : « S’ils ont pu nous accompagner au démarrage sur la gestion de documents inconnus comme l’Ursaff, les impôts.. cette relation conviviale nous permet aussi de parler de notre vie privée : notre santé, notre famille, notre rythme de vie. Ça parait bête comme ça mais personne ne nous poserait la question sinon, alors que ça influe forcément sur notre activité. ». Les cigales, « c’est tout un réseau, on retrouve d’autres entreprises lors des événements de l’association et on les retrouve aussi lorsqu’un membre du club ouvre sa propre maison pour un apéro ».

Carine et Marie ne sont pas pressées de voir partir le club, « ils font trop partie de l’entreprise et puis on n’a pas encore embauché, c’est dans nos objectifs ». Aux futurs entrepreneurs, Carine conseille : « si aujourd’hui vous pensez que l’économie doit changer et vous avez besoin de conseils, il y a juste besoin de se mettre d’accord sur les attentes respectives avec le club afin d’être en adéquation, puis il faut foncer ! ».

235 boulevard Paul Painlevé - 59000 Lille - Tel. 03 20 54 09 51