Association des Cigales des Hauts-de-France - Accueil / Les entreprises / Ils témoignent / Réciprocité dans l’échange entrepreneur / parrain

Réciprocité dans l’échange entrepreneur / parrain

SainBio’s (SARL) : Épicerie bio d’alimentation et cosmétique de proximité
Date de création : août 2012

Gérante : Céline MAESSE
Nombre d’emploi : 1
Adresse : 6 avenue du Gal Leclerc 62170 MONTREUIL-SUR-MER
Contact : 03.21.05.50.01
Mail : sainbios@orange.fr
Site : www.opale-createurs.fr/magasin-bio-montreuil-sur-mer.html

Intervention de la finance solidaire :
3 000 € de la cigales des Rivières, Beaurainville
1 500 € de la cigales Créa-sillon, Hucqueliers
1 500 € de la cigales des Remparts, Montreuil-sur-mer
Capital social de l’entreprise : 24 500 €
Soit 6 000 € de finance solidaire
Accompagnement de l’entreprise par le parrain de la cigales des Remparts : Gérard Rivelon


JPEG - 22.5 ko

Céline Maesse renonça à son travail de préparatrice en pharmacie pour se sentir plus en adéquation avec ses valeurs et ainsi entreprendre l’ouverture d’une épicerie bio à Montreuil. Parce que pour elle : « la santé, c’est dans l’assiette. » Après avoir peaufiné son projet au sein de la CCI et de la BGE, c’est tout naturellement qu’elle fait appel à l’association des cigales, qu’elle avait pu rencontrer un peu plus tôt au Salon Créer. Elle présenta son projet au jeune club de Montreuil, dans l’espoir qu’on lui accorde un financement, mais également, un accompagnement car elle est la première de sa famille à faire le grand pas : celui d’entreprendre. Elle trouvait que les cigales se situaient dans ses valeurs.

Dans la salle municipale de Montreuil régnait « une ambiance conviviale ». La porteuse présenta son projet et les participants à la réunion échangèrent librement afin d’en déceler la pertinence économique et la cohérence avec la charte des cigales. Malgré une certaine inquiétude face à une concurrente présente sur le même territoire ainsi que des chiffres qui semblaient trop audacieux, le club accepta de la soutenir. « C’est une question de survie, nos petites villes sont cernées et étouffées par les grandes surfaces, il faut essayer de favoriser la création de nouvelles petites structures à l’intérieur de nos villes, permettant d’embaucher ; c’est de notre responsabilité économique et écologique » . Céline a même été mise en réseau avec d’autres clubs cigales afin d’augmenter son capital : l’effet levier lui permettra d’obtenir les prêts des banques et l’aventure put alors démarrer !

JPEG - 35.3 ko

Gérard Rivelon, qui habite tout près de la boutique et avec qui le contact était bien passé lors de la présentation du projet, devint son parrain. Lors de rencontres informelles en boutique tous les 10 à 15 jours, Gérard, qui vient aussi faire ses petites emplettes, prend de ses nouvelles : « c’est plus un rôle d’accompagnateur des bons et des mauvais jours, c’est plus psychologique, un soutien moral, si jamais elle ne va pas bien et qu’elle a envie de parler. » « Je n’hésite pas à lui confier des choses privées, des affinités se créent » nous dit Céline. Pour Gérard, « le rôle des cigales ne devrait pas être celui d’un flic de plus, un observatoire des chiffres, les entrepreneurs ont suffisamment de contraintes, c’est pas parce que l’on a donné des sous qu’on doit demander des chiffres tous les mois. Céline n’eut pourtant aucune crainte à voir un associé cigales rentrer dans son capital, « au contraire, c’est qu’on me faisait confiance et puis, j’étais accompagnée, et c’est normal qu’ils regardent nos chiffres ».

Le parrain nous explique leur quotidien « si ma filleule a besoin de moi, elle sait qu’elle peut me solliciter. » C’est pourquoi, Céline a recouru aux conseils avisés de son parrain et d’autres membres du club pour clarifier des questions nouvelles pour elle, en terme de fiscalité et de comptabilité. Ils l’ont également accompagnée dans ses différentes démarches de parution au Journal Officiel, aux greffes : « Quand on part sur de bonnes bases, avec de bons conseils, alors c’est bon ! J’ai de la chance d’avoir Gérard comme parrain, avoir quelqu’un de simple. »

JPEG - 32.5 ko

Pour Céline, avoir comme associé un club cigales, c’est un enrichissement personnel « j’ai fais de belles rencontres » et puis, le réseau lui a permis « d’épaissir son répertoire : c’est plus que de l’intervention économique et sociale, il y a des liens qui se créent, ça fait partie de l’aventure inévitablement », sans oublier les visites des membres du club qui deviennent clients. Quant à Gérard, bien qu’il faille « faire attention à l’investissement sentimental », le parrainage est « excessivement valorisant, car la personne que l’on accompagne nous renvoie un miroir encore plus beau ! Ce n’est pas complètement altruiste, d’être parrain, c’est vraiment réciproque ».

Ce n’est pourtant que le début de l’aventure, Céline compte à son tour rejoindre le club de Montreuil, pour faire profiter de son expérience, d’autres porteurs de projet, preuve de la réciprocité au sein du réseau.